Nouvelles de l'industrie

Les dépenses des ménages québécois pour les médias et la culture demeurent stables, mais les modes de consommation évoluent

L’Observatoire de la culture et des communications du Québec a publié, en début de semaine, des données sur les dépenses des ménages québécois pour la culture et les médias au cours de l’année 2016.

Les données révèlent qu’entre 2015 et 2016, les dépenses des ménages consacrées au secteur médiatique et culturel ont augmenté au même rythme que leur niveau de dépenses courantes. Les dépenses pour les services de téléphonie, d’Internet et de télédistribution par câble et par satellite ont elles aussi subi une hausse de 1 698 $ en 2015 à 1 825 $ en 2016.

Il est cependant intéressant de constater la façon dont les modes de consommation ont évolué. Entre 2015 et 2016, les dépenses pour les services Internet sont passées de 451 $ à 489 $ par ménage alors que celles pour la téléphonie mobile sont passées de 689 $ à 753 $.

De la même manière, les dépenses pour les téléchargements et les services en ligne sont passées de 33$ à 44 $ par ménage. Bien que les dépenses attribuables à la télédistribution par câble et par satellite aient augmenté (de 558 $ à 573 $), le nombre de ménages qui retient ces services est passé de 2,4 millions à 2,2 millions.

Quant aux sommes allouées aux équipements vidéo et aux systèmes de cinéma maison, elles ont drastiquement diminué entre les deux années de référence.

Les chiffres confirment l’appétit constant des Québécois pour du contenu médiatique et culturel. Les modes de consommation migrent toutefois progressivement de la télédistribution vers les services en ligne et mobile.

Alors que les deux paliers de gouvernement ont annoncé cette semaine des sommes importantes pour l’accès de l’ensemble de la population à des services Internet haute vitesse et à large bande, il devient essentiel de soutenir parallèlement la production de contenu audiovisuel québécois de langue française pour éviter que le public ne se tourne vers la production étrangère pour assouvir sa faim.

Les données complètes publiées par l’Observatoire de la culture et des communications peuvent être consultées ici.

 

Retour à la liste des nouvelles de l'industrie